all-around-luna

all-around-luna

Dusch - Artiste peintre

000 Dusch b.jpg

 

Dusch est un artiste atypique, libre, passionné et talentueux. D’une jeunesse rebelle et difficile, il garde un esprit aventurier et détaché des contraintes. A cette époque, il aurait facilement pu devenir un voyou.  Par chance, on l’a envoyé faire un stage dans la publicité où de bons dessinateurs, peintres à leurs heures, le prennent sous leur aile et lui enseignent les bases. Cela canalise sa nature tumultueuse.

A ce propos, je trouve qu’il y a un peu de Rimbaud en lui mais ça c’est mon interprétation...

 Dush Rimbaud.jpg

 

Donc, il commence sa carrière de peintre assez tard « en faisant » du figuratif : des corps, des mains, des oreilles... Il n’expose pas tout de suite, il n’est pas trop à l’aise avec ça. Il préfère donner ses toiles. C’est très révélateur de son caractère généreux. Un jour pourtant il se décide à exposer, un peu par défi. A son grand étonnement toutes ses toiles se vendent en une journée. C’est le début de la grande aventure.

 

Au fil des années il se construit autour de lui une clientèle de passionnés qui le suivent et le supportent. Et puis un jour, il en a assez des contraintes. Il décide d’envoyer le figuratif au diable et il ne garde que les fonds déjà biens abstraits sur lesquels il vient greffer ses émotions.

 

C’est une catastrophe : il perd la moitié de ses admirateurs et la presse s’attaque férocement à lui. Mais il tient bon, notre Dusch. Il persiste et signe, faisant fi des modes et des obligations. Il développe son art contre vents et marées et rapidement, le succès est au rendez-vous.

 

Il faut dire qu’il se dégage de ses toiles un univers particulier et fort. On peut aimer ou détester mais elles ne laissent pas indifférent. Il sait capturer les gestes et les intensités. Dans ses courants et ses coups de griffes il y a de la tendresse, de la violence, de la force et de la fragilité. La vie, les regrets et surtout l’espoir.

 

 

 

Le revoici pour sa nouvelle exposition baptisée Therapy by Colors à découvrir durant quatre week-ends du 26 octobre au 4 novembre 2013 de 14 à 13h au centre médical Vieuxtemps, 10 place Vieuxtemps à Verviers. Une occasion à ne pas rater de vous familiariser avec ses oeuvres et de rencontrer cet artiste hors du commun.

 

 

 

En attendant, je lui ai posé quelques questions qui vont vous permettre de le découvrir à votre tour.

 

Quand avez-vous commencé à peindre ?

J’ai toujours dessiné. C’était déjà un exutoire pour moi quand j’étais enfant. J’ai commencé mes premiers portraits vers 14 ou 15 ans. Je n’ai pas suivi de cours mais j’ai eu la chance d’effectuer un job d’étudiant dans la publicité et d'y rester. J’y ai rencontré des dessinateurs, peintres de formation, qui m’ont appris les rudiments de mon art. Je dessinais des « gueules », des personnes cassées par la vie. C’était une thérapie pour moi. J’ai continué à faire du figuratif assez tard dans ma vie. Un jour pourtant, je me suis libéré de ce style et je me suis consacré à l’abstrait.

 

Pourriez-vous vous décrire en 4/5 mots 

Impulsif, épicurien, sensible, colérique, évolutif.

 

Quelles sont vos principales influences ? D’où tirez-vous votre créativité ?

Il y a trois personnes qui m’inspirent. Andy Warhol pour son utilisation de la couleur et le fait qu’il ait ouvert le débat sur le marketing social. Bernard Buffet, en partie, pour sa période « griffes et lignes ». Picasso pour son sale caractère et son talent.

 

Quelles sont les 3 choses dont vous ne pouvez vous passer ?

Sexe, alcool et rock & roll (rires)

 

Quelle est la partie que vous préférez dans votre art ? (réflexion, préparation, création, diffusion)

D’abord mettre la toile dans tous ses états. Mais je ne sais pas toujours quand m’arrêter.   Récemment, j’ai raté une toile juste avant de la terminer. On ne peut pas toujours tout réussir, on apprend aussi de ses erreurs.

 

Qu’aimez-vous faire quand vous ne peignez pas ?

M’occuper de mes petits enfants qui ont entre 0 et 14 ans. Mais pas tout le temps car ma patience est limitée. J’aime aussi beaucoup faire de la moto.

 

De quoi êtes-vous le plus fier jusque-là ? Quelle est la chose la plus importante que vous ayez accomplie ?

Ma vie professionnelle et artistique sans avoir fait d’études poussées.

 

Votre art véhicule-t-il un message ou un but ?

Non, il doit être adopté par celui qui le regarde. C’est à prendre ou à laisser.

 

Qu’est-ce qui vous fait continuer, vous garde motivé ?

Le plaisir de peindre. C’est physique la peinture, je me mets en transe, je suis dans un monde à part.

 

Votre plus grand regret ou souci majeur?

Le fait de ne pas avoir fait d’études. Je me rends compte que c’est important. Par exemple, je n’ai pas appris une seconde langue. Cela pourrait m’être utile.

 

Quel est votre projet suivant ? Votre prochain défi ?

J’ai le projet de  développer une ligne de vêtements pour hommes en 2014. Cela fait 2 ans que j’y travaille.

 

Sur une échelle de 1 à 10, à quel point êtes-vous heureux à présent ?

7/10.

 

 

Le questionnaire Bernard Pivot

 

Quel est votre mot favori ?

Yes !

 

Quel est le mot que vous détestez le plus ?

Mensonge.

 

Quelle est votre drogue préférée ?

Le vin et les  cigarettes.

 

Quel est le bruit ou le son que vous aimez le plus ?

La guitare

 

Quel est votre juron favori ?

Putain

 

Quelle homme ou femme choisiriez-vous pour illustrer un billet de banque ?

Louis de Funès  (rires)

 

Quel métier n’auriez-vous pas aimé faire ?

Travailler dans un  abattoir.

 

En quelle plante, arbre ou animal  aimeriez-vous être réincarné ?

Un chat. On sait le caresser mais il a son caractère.

 

Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous l’entendre vous dire après votre mort ?

J’ai foutu un sacré bordel sur terre et il est temps que je remette tout ça d’aplomb.

 

 


 © 2013   



29/10/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres